LOGISPEED INFORMATIQUE, le meilleur forum informatique avec des tutos, des astuces, des téléchargements, un surtout un forum hyper actif avec toute l'informatique !!!
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VinZ36400
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 272
Age : 38
Localisation : Châteauroux (36)
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: A   Jeu 7 Fév - 23:31

* AGP = (Accelerated Graphics Port, Port graphique accéléré), est un connecteur se trouvant sur la carte mère et qui permet un transfert rapide entre le processeur et la carte graphique pour les images et la vidéo.

* Alias = est une icône dont le nom du fichier original s'inscrit en italiqueet porte la mention (alias), qui se place où on veut et par un double-clic ouvre l'original du document correspondant.

* AMD = est un des plus gros fabricants de processeurs pour les ordinateursavec Intel qu'il vient concurrencer grâce à Althon face à Pentium III.

* Aperçu = ouverture d'une petite fenêtre qui permet de voir le fichier sélectionné, avant de l'imprimer par ex.

* Arrière-plan = synonyme de fond d'écran ou papier peint

* Ascenseur = en bordure verticale droite ou (et) horizontale inférieure d'une page ou d'un cadre. La manoeuvre de son curseur à l'aide de la souris permet de faire dérouler la partie du fichier, pour le visionner en totalité.

* Assistant = présenté sous forme de fenêtres comportant des boîtes de dialogue, aide à accomplir une tâche et /ou à configurer une fonction. Toujours un bouton "suivant" et précédent" pour naviguer chronologiquement. C'est l'aide pas à pas par étapes successives.

* ATX = format de carte mère le plus récent et sa norme garantit sa qualité et un branchement facile des périphériques et de l'accès aux différents composants.

* AAC = Mpeg-2 Advanced Audio Coding. Format de compression de fichiers audio présenté comme un successeur possible de MP3, et apportant une meilleure qualité.

* Aberration Chromatique = Défaut optique qui se traduit sur l'image par des bandes colorées visibles autour des zones de fort contraste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discusvinz36400.blogspot.com/
VinZ36400
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 272
Age : 38
Localisation : Châteauroux (36)
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: A   Sam 9 Fév - 1:39

* AC3 = Ou Dolby Digital. Norme de codage pour le son. Le dolby digital 5.1 ouvre deux canaux stéréo pour les haut-parleurs avant, deux autres pour les haut-parleurs arrière et un canal central, plus un canal optionnel pour les basses

* Academy Flat = Format pour le cinéma. L'image est 1,85 fois plus large que haute : on parle de format 1.85.
Il diffère du format le plus courant (1.77), qui est aussi celui de la télévision 16/9.

* Accélérateur graphique = L'affichage d'images ou d'animations en haute définition sur un écran d'ordinateur est une tâche très gourmande en puissance de calcul. Depuis le début des années 90, pour décharger le processeur principal de la machine et les circuits intégrés de sa carte vidéo , on recourt donc à des accélérateurs graphiques qui se chargent exclusivement de ces tâches spécialisées : tracé de lignes, remplissage de surfaces, calculs d'intersection entre deux objets affichés, etc. Les accélérateurs " 3D " intègrent à la fois ces fonctions " primitives "
d'affichage en 2 dimensions et des primitives adaptées à la simulation d'images et d'animations en 3 dimensions.

* Accès distant = Accès, à partir d'un terminal ou d'un ordinateur faisant office de terminal, à un serveur qui n'est pas situé au même endroit que lui.

* ACE = Format de compression de fichier, analogue au format ZIP , mais réputé plus efficace. Les fichiers ACE peuvent être décompressés avec le logiciel WinAce et d'autres logiciels concurrents comme Power Archiver 2000.

* ACL = Affichage à cristaux liquides (version française de l'anglais LCD , Liquid Crystal Display).

* ACPI = Sigle de Advanced Component Power Interface. Proposé à l'origine par Intel, Microsoft et Toshiba, ce standard vise à limiter la consommation électrique d'un ordinateur et de ses périphériques et, partant, à
prolonger leur durée de vie et leur autonomie dans le cas des portables. Pour cela, une interface de dialogue a été définie, qui permet au système d'exploitation de commander la mise hors tension ou sous tension de différents périphériques - écran, disque dur, lecteur de CD-ROM, imprimante, etc., à condition qu'eux-mêmes soient compatibles ACPI. ACPI offre des fonctionnalités plus poussées que le standard précédent de gestion d'énergie sur ordinateur, APM (Advanced Power Management).

* Acquisition = Les données collectées peuvent être analogiques , comme dans le cas d'un sismographe qui dessine sur du papier gradué des courbes analogues aux secousses telluriques. On parlera alors d'acquisition analogique.
Ou bien l'acquisition peut être numérique , soit que le phénomène lui-même produise déjà des données numériques (passage de voyageurs par un portillon générant une impulsion à chaque passage), soit qu'on en passe par une numérisation de données analogiques (capteur de température avec affichage numérique dans une voiture, par exemple). Il faut noter que lorsque le terme " acquisition " est utilisé seul, il a désormais tendance à être synonyme de numérisation.

* Acrobat Reader = Téléchargeable gratuitement sur Internet, cet utilitaire conçu par Adobe affiche à l'écran n'importe quel document sous sa forme originale, préalablement tranformé au format PDF par le logicel Acrobat.

* Active Desktop = Fonctionnalité introduite par Microsoft dans son système Windows 98 et transformant le fond d'écran du Bureau Windows en l'équivalent d'une page Web avec des hyperliens.

* Active Directory = Dans un environnement de réseau informatique, un annuaire répertorie tous les " objets " qu'un utilisateur du réseau est susceptible de vouloir " atteindre ", c'est-à-dire non seulement les autres utilisateurs du réseau, mais également les serveurs, les imprimantes, d'autres périphériques, etc.
Le service Active Directory est un service d'annuaire moderne, compatible avec les normes X.500, LDAP et
fonctionnant en conjonction avec le service DNS. Il offre des fonctionnalités de distribution, de duplication, de partitionnement et de sécurisation des accès aux objets répertoriés.

* ActiveX = Cette technologie permet à des composants logiciels de dialoguer au sein d'un ordinateur ou dans un environnement de réseau, et ce, quel que soit le langage de programmation ayant servi à les créer. ActiveX
est fondé sur le modèle COM (Component Object Model) de programmation orientée objet.

* ADB = Sigle de Apple Desktop Bus. Sur les premiers modèles de Macintosh, un circuit d'entrée distinct était proposé pour le clavier et la souris. Apple a souhaité rationaliser la connexion des périphériques d'entrée en concevant ce bus externe générique. Depuis la généralisation du standard USB pour ce même emploi, c'est ce nouveau bus d'entrée série qui a été adopté en remplacement d'ADB sur les Macintosh comme sur les PC.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discusvinz36400.blogspot.com/
VinZ36400
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 272
Age : 38
Localisation : Châteauroux (36)
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: A   Jeu 14 Fév - 1:34

* Add-in En anglais : add-on, add-in, plug-in L'expression qualifie le plus souvent un complément logiciel à une application ; il peut également désigner un complément matériel, mais, en général, ces derniers se présentent sous forme de carte électronique et le terme consacré est alors carte d'extension. Le logiciel principal doit avoir été prévu pour tirer parti de tels modules ; lorsque c'est le cas, son éditeur souhaite en général encourager la création de modules d'extension auprès des développeurs et des autres éditeurs de logiciels ; dans ce but, il publie en général une API permettant à de tels modules de fonctionner avec le logiciel principal. Un logiciel de dessin, par exemple, pourra être prévu pour utiliser des modules d'extension ajoutant des effets spéciaux à ses fonctionnalités, ou des outils de dessin complémentaires. Un SGBD (Système de gestion de bases de données) pourra tirer parti d'un module d'extension spécialisé dans la création de rapports très détaillés et très souples sur le contenu des bases, etc. Les termes anglais add-in, add-on et plug-in sont de manière générale quasi-synonymes, même si les deux premiers sont plus utilisés pour les extensions matérielles, tandis que le dernier est quasiment réservé aux extensions logicielles. Rappelons que in signifie " à l'intérieur " et on " sur " ; add-in qualifiera donc plutôt ce qui s'ajoute à l'intérieur d'un ordinateur ou d'un sous-ensemble, tandis que add-on sera plutôt utilisé pour désigner, par exemple, une puce ou une carte fille ajoutée sur une carte électronique. Désignations équivalentes : Module d'extension - Add-in - Add-on - Plug-in.

* Add-on En anglais : add-on, add-in, plug-in L'expression qualifie le plus souvent un complément logiciel à une application ; il peut également désigner un complément matériel, mais, en général, ces derniers se présentent sous forme de carte électronique et le terme consacré est alors carte d'extension . Le logiciel principal doit avoir été prévu pour tirer parti de tels modules ; lorsque c'est le cas, son éditeur souhaite en général encourager la création de modules d'extension auprès des développeurs et des autres éditeurs de logiciels ; dans ce but, il publie en général une API permettant à de tels modules de fonctionner avec le logiciel principal. Un logiciel de dessin, par exemple, pourra être prévu pour utiliser des modules d'extension ajoutant des effets spéciaux à ses fonctionnalités, ou des outils de dessin complémentaires. Un SGBD (Système de gestion de bases de données) pourra tirer parti d'un module d'extension spécialisé dans la création de rapports très détaillés et très souples sur le contenu des bases, etc. Les termes anglais add-in, add-on et plug-in sont de manière générale quasi-synonymes, même si les deux premiers sont plus utilisés pour les extensions matérielles, tandis que le dernier est quasiment réservé aux extensions logicielles. Rappelons que in signifie " à l'intérieur " et on " sur " ; add-in qualifiera donc plutôt ce qui s'ajoute à l'intérieur d'un ordinateur ou d'un sous-ensemble, tandis que add-on sera plutôt utilisé pour désigner, par exemple, une puce ou une carte fille ajoutée sur une carte électronique. Désignations équivalentes : Module d'extension - Add-in - Add-on - Plug-in.

* Administration centralisée A mesure que les réseaux informatiques locaux se sont étoffés, complexifiés, projetés même au-delà du site local de l'entreprise, le besoin d'en rationaliser l'administration s'est fait de plus en plus pressant. Les réseaux locaux et étendus, les parcs de machines qu'ils relient, sont aujourd'hui le plus souvent gérés à partir d'une console unique et spécialisée.

* Administration de réseau On considère généralement que l'administration d'un réseau recouvre cinq types de tâches :
- gestion de la configuration ;
- gestion des pannes ;
- gestion de la sécurité ;
- gestion des performances ;
- gestion de la comptabilité d'utilisation des ressources. Dans le détail, les fonctions utilisées permettent de déployer, d'allouer, de surveiller les ressources du réseau, d'équilibrer les charges, de définir des politiques d'utilisation, etc.

* Administration distante Capacité à gérer un ordinateur, un parc d'ordinateurs ou l'ensemble d'un réseau informatique à distance. Voir aussi : Administration de réseau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discusvinz36400.blogspot.com/
VinZ36400
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 272
Age : 38
Localisation : Châteauroux (36)
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: A   Jeu 14 Fév - 20:31

* Adobe = Adobe Systems a été fondée en 1982 par John Warnock et Charles Geshke, qui avaient créé au sein du fameux centre de recherche Xerox Parc, un langage nommé " Interpress ", destiné à piloter les imprimantes Xerox. Devant le refus de Xerox d'en faire un produit commercial à part entière, Geshke et Warnock décidèrent de fonder leur propre compagnie. En 1984, le produit de leur travail, nommé " PostScript ", constitua le premier logiciel d'impression graphique générique. Mais c'est Apple, à la recherche d'une killer application, qui, en passant un accord avec Adobe en 1985 (et un autre avec Aldus pour le logiciel de PAO PageMaker * ), permit à PostScript de s'imposer
commercialement. Adobe créa par la suite un format générique de présentation de documents à l'écran nommé PDF (Portable Document Format). * (Une certaine logique industrielle et historique a fait qu'Adobe a finalement racheté Aldus dans les années 90)

* Adresse de courrier électronique = (adresse e-mail - adresse électronique) = Plus généralement, cet équivalent sur Internet d'une adresse postale identifie tout utilisateur individuel ou toute entité disposant d'une BAL lui permettant de recevoir du courrier électronique. Une adresse de courrier électronique (ou adresse e-mail) se compose du nom choisi par l'utilisateur (ou l'entité : association, etc.) ou attribué par son fournisseur d'accès Internet , du symbole arobase (@), du nom de la société qui héberge la boîte aux lettres ou du nom de domaine de la société titulaire de la boîte, ainsi que d'un suffixe de domaine, qui précise la localisation ou la spécialisation de l'utilisateur.

* Adresse électronique = ou Adresse e-mail Plus généralement, cet équivalent sur Internet d'une adresse postale identifie tout utilisateur individuel ou toute entité disposant d'une BAL lui permettant de recevoir du courrier électronique. Une adresse de courrier électronique (ou adresse e-mail) se compose du nom choisi par l'utilisateur (ou l'entité : association, etc.) ou attribué par son fournisseur d'accès Internet , du symbole arobase (@), du nom de la société qui héberge la boîte aux lettres ou du nom de domaine de la société titulaire de la boîte, ainsi que d'un suffixe de domaine, qui précise la localisation ou la spécialisation de l'utilisateur. Les équivalents français " adèle " (au Canada) et " adresse mél " (en France) ont été proposés. Désignations équivalentes : Voir définition ci dessus.

* Adresse IP = Le protocole IP (Internet Protocol) est à la base du réseau Internet et permet l'acheminement des données entre deux équipements connectés au réseau. Avec IP, chaque machine se voit attribuer une adresse
unique, nommée " adresse IP ", de façon permanente - pour les équipements connectés en permanence -, ou de façon temporaire, pour les machines opérant des connexions ponctuelles à Internet, comme c'est le cas des micro-ordinateurs y accédant par l'intermédiaire d'une liaison commutée et d'un modem. Dans la version actuelle du protocole IP, l'adresse IP est codée sur 4 octets. Elle est représentée sous forme de 4 nombres décimaux séparés par un point, qui définissent une structure de sous-réseaux hiérarchisés (le dernier nombre représentant le sous-réseau le plus proche de la machine considérée). Exemple : 232.245.5.96 Certains blocs d'adresse sont réservés à des usages
spéciaux. Comme de plus en plus d'équipements ont vocation à être reliés à Internet et que le stock d'adresses disponibles menace de s'épuiser, une nouvelle version du protocole, avec un nouveau format d'adresse, IPv6 , est en cours de finalisation.

* Adresse URL = Sigle de Uniform Resource Locator (localisateur uniformisé de ressource). Sur Internet , différents types de ressources sont disponibles : pages Web , fichiers à télécharger, boîtes aux lettres électroniques, forums de discussion, etc. Pour faciliter l'accès à ces ressources, Tim Berners-Lee, le créateur du Web, a proposé en 1994 sous
cette dénomination d'URL une syntaxe uniformisée permettant, en une seule ligne de commande, d'accéder à tout type de ressource. Le format générique des URL est le suivant : type de service : infos d'accès dépendant du type de service Ainsi, qu'il s'agisse du service Web (http), FTP , e-mail (mailto), Usenet (news ou nntp) ou d'un autre type
de service, l'utilisateur n'a pas besoin d'utiliser plusieurs commandes (demande de connexion au serveur, commande spéciale, etc.) mais une seule pour accéder à une ressource. Pour bon nombre de services, les informations d'accès se composent du nom DNS ou de l' adresse IP du serveur sur lequel se trouve la ressource et du chemin d'accès à cette ressource. Elles peuvent aussi contenir un nom d'utilisateur, un mot de passe et un numéro de port logique si nécessaire. Ainsi, pour les services Web (http) et FTP , avec seulement le nom de serveur comme information d'accès : http://logispeed.forumpro.fr/ Un exemple d'URL avec informations d'accès complémentaires vous est proposé dans ce glossaire à la définition FTP. Pour d'autres services, la syntaxe diffère. Par exemple, pour spécifier une boîte aux lettres : mailto:michka@01net.com Certains parlent " d'adresse URL ", même si l'URL contient d'autres informations qu'une simple adresse. C'est pourquoi, en français, on retrouve ce sigle le plus souvent au féminin. Il est toutefois aussi employé au masculin. Désignations équivalentes : URL - Adresse URL

* ADSL = Sigle de Asymmetric Digital Subscriber Line. Ce protocole fait partie d'une série de protocoles permettant de créer un canal de transmission de données sur une ligne téléphonique normale en exploitant la partie de la largeur de bande (des fréquences) de la paire de fils de cuivre non utilisée pour la transmission des conversations vocales. Ce protocole-ci est dit " asymétrique " car il privilégie un sens de transmission par rapport à l'autre : le débit autorisé peut aller de 256 kbit/s à 9 Mbit/s du réseau vers l'abonné (soit 10 fois plus élevé que celui des modems actuels les plus rapides), c'est-à-dire dans le sens " descendant ", mais seulement de 16 à 640 kbit/s de l'abonné vers le Réseau (sens " montant "). Il n'est efficace que si la distance qui sépare le central téléphonique de l'abonné ne dépasse pas 4 km. Le service ADSL d'accès à Internet est en cours de déploiement en France ; il coûte environ 300 francs par mois pour un débit descendant de 256 kbit/s et environ 1000 francs par mois pour un débit de 1 Mbit/s. Il nécessite l'achat ou la location d'un modem spécifique et d'un boîtier de filtrage.

* AMD = Advanced Micro Devices a été fondée en 1969 en Californie par 8 anciens collaborateurs de Fairchild Semiconductor menés par Jerry Sanders. Spécialisée d'emblée dans l'optimisation et la production de circuits en " seconde source ", AMD a fini par casser en 1991 le monopole d'Intel sur les microprocesseurs équipant les ordinateurs de type PC en sortant son microprocesseur AM386. Ont suivi les AM486, AMD-K5, AMD-K6 et, dernièrement, l'Athlon. En l'an 2000, AMD a réalisé 4,6 milliards de dollars de chiffre d'affaires (pour près d'un milliard de dollars de bénéfice net) et compte près de 15 000 collaborateurs. Désignations équivalentes : AMD - Advanced Micro Devices.

* Adware = Terme anglais, issu de la contration des mots advertising (publicité) et software (logiciel). Désigne un logiciel gratuit, qui affiche, pendant son utilisation, des bannières de publicité.

* Affichage 3D = La Renaissance avait, grâce aux travaux sur la représentation de la perspective sur une toile, inauguré la simulation d'une vue dans les trois dimensions de l'espace. Cinq siècles plus tard, l'ordinateur a permis de faire évoluer ces simulations visuelles : de par la nature dynamique des affichages, et grâce au stockage dans la mémoire de l'ordinateur de toutes les caractéristiques spatiales de chaque objet affiché, il devient possible de choisir un point de vue dans la simulation spatiale. Ainsi, l'affichage 3D présente des objets que l'on peut faire pivoter et observer sous tous les angles, comme si l'on se déplaçait dans un espace à 3 dimensions virtuel. Il existe différents modes de génération de ces simulations 3D, notamment la représentation filaire et la représentation en faces cachées. Désignations équivalentes : Affichage 3D - 3D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discusvinz36400.blogspot.com/
VinZ36400
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 272
Age : 38
Localisation : Châteauroux (36)
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: A   Sam 1 Mar - 13:56

* Affiliation L'affiliation = est un système permettant d'amplifier l'afflux de visiteurs sur un site Web. Dans le cadre de ce système, un site Web commercial propose aux gestionnaires d'autres sites Web, qui deviennent ses " affiliés ", de placer sur leur site un logo-lien dirigeant vers son site. En échange, les affiliés sont rémunérés par le site commercial pour les internautes qu'ils dirigent vers lui. La rémunération peut être acquise dès qu'un internaute clique sur le lien, ou seulement lorsque que l'internaute s'inscrit sur le site commercial, ou encore seulement si le site commercial réalise une vente auprès de cet internaute.

* Afnic = C'est l'association à but non lucratif chargée de l'attribution des noms de domaine en " .fr ". Elle a repris cette charge le 1er janvier 1998, avec l'assentiment de l'Etat, à l'Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique), qui faisait jusque-là office de "NIC France". Ses missions comprennent :
- l'établissement d'un plan de dénomination ou nommage de la zone.fr;
- la mise en oeuvre du nommage conformément à la loi française et la diffusion des informations correspondantes ;
- l'exploitation de serveurs de noms d'accès à l'Internet pour la zone.fr;
- le transfert, aux niveaux national et international, des connaissances et des savoir-faire acquis en matière de nommage ;
- toute mission qui lui aura été confiée par les pouvoirs publics dans le cadre de la gestion de l'Internet. Pour en savoir plus, consultez le site de l' Afnic.

* Agent intelligent = On a commencé à évoquer ces agents " intelligents " dès l'ouverture au public d'Internet et la naissance du Web , mais c'est seulement ces dernières années que ce type de logiciel a vu le jour et ils seront sans doute amenés à jouer un rôle de plus en plus important.
Un agent est en général spécialisé dans une mission particulière, notamment des missions de recherche, mais aussi des missions de veille, de mise à disposition d'informations, de surveillance du réseau, etc.
L'utilisateur spécifie aussi précisément que possible les paramètres de la mission, puis l'agent la remplit de façon autonome et rend compte à l'utilisateur des résultats.
Les petits utilitaires de recherche comme Copernic (qui s'apparentent à un métamoteur de recherche en local) sont des agents qui vous évitent d'avoir à interroger plusieurs moteurs de recherche pour trouver la page Web voulue.
Certains agents sont spécialisés dans la recherche de fichiers d'un certain type, par exemple des fichiers MP3. Les aspirateurs de site , quant à eux, permettent de rapatrier l'intégralité d'un site Web en local pour le consulter hors connexion.

* AGL = En anglais : computer-aided software engineering (Case) Les ateliers de génie logiciel sont apparus dans les années 80 pour faciliter le travail de développement de logiciels en équipe. Ces progiciels disposent d'un ensemble d'outils composant un environnement plus ou moins complet de gestion et d'automatisation de la production de logiciels. Les grandes fonctions assurées sont notamment :
- la consignation des différents points du cahier des charges,
- la réalisation d'organigrammes fonctionnels,
- la planification des tâches de développement,
- la préparation de la documentation,
- la programmation des différents modules du logiciel. Désignations équivalentes : Atelier de génie logiciel - Case - AGL

* AGP = Sigle de Accelerated Graphics Port. L' interface AGP est inspirée de l'interface du bus PCI , mais elle permet d'accélérer les cadences d'affichage et convient ainsi particulièrement à l' affichage 3D . Pour parvenir à ce résultat, elle ouvre un canal d'accès direct entre le contrôleur vidéo et la mémoire vive , large de 32 bits et cadencé à 66 MHz. Le débit total résultant est de 266 Mbit/s, soit le double du débit du bus PCI.

* Aide à la décision = On appelle logiciels ou outils d'aide à la décision des logiciels qui permettent de regrouper des données quantitatives pertinentes, d'en faire des synthèses et de dégager des tendances pour leur évolution future. Ce terme était toutefois beaucoup plus utilisé dans les années 80 qu'aujourd'hui. L'application qu'il recouvrait a été largement remplacée et améliorée par les entrepôts de données (data warehouses) et les applications d'exploitation stratégique des données (datamining).

* Aide contextuelle = L'aide contextuelle a marqué, à partir de la fin des années 80, un net progrès dans l'autodocumentation des logiciels. Au lieu d'inviter l'utilisateur à consulter la documentation électronique intégrée au logiciel mais structurée généralement comme un manuel classique, et de l'obliger à rechercher par consultation de sommaire, par index ou par recherche de mot-clé le point qui l'intéressait, les concepteurs de logiciels ont pensé à paramétrer les différents écrans du logiciel et à proposer une aide ciblée, directement relative à l'écran consulté. Aujourd'hui, la grande majorité des logiciels dispose des deux types d'aide intégrée ou d'accès à ces textes d'aide : soit par un sommaire, un index ou une recherche de mot, soit par sollicitation contextuelle. Voir aussi: Aide en ligne.
Aide en ligne Comme le marque la qualification " en ligne ", cette expression désignait au départ un ou des textes d'aide à l'utilisation d'un système auquel on avait accès à distance, par l'intermédiaire d'une liaison téléinformatique. Parallèlement, lorsque les écrans d'aide intégrés à un logiciel utilisé sur un ordinateur en local ont commencé à s'étoffer et à dépasser le simple écran de rappel des raccourcis clavier utilisables, on a commencé à parler "d'aide électronique", "d'autodocumentation" ou de "documentation électronique". Mais ces expressions n'ont pas eu de succès et par glissement sémantique, " aide en ligne " en est venu à désigner aussi la documentation électronique intégrée à un logiciel. Curieusement, alors qu'Apple, avec son Macintosh, avait fait oeuvre de précurseur en matière d'interface utilisateur, c'est Microsoft qui a réussi à faire adopter par tous les éditeurs de logiciels pour Windows le principe d'une aide en ligne systématique, là où Apple n'a pas voulu, ou pu, faire de même dans le domaine des logiciels pour Macintosh. Voir aussi : Aide contextuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discusvinz36400.blogspot.com/
VinZ36400
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 272
Age : 38
Localisation : Châteauroux (36)
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: A   Sam 1 Mar - 13:59

* AIFF = Sigle de Audio Interchange File Format. Il s'agit d'un format de stockage de son numérisé dans un fichier, développé par Apple Computer et servant de format audio standard sur les Macintosh et les ordinateurs SGI (Silicon Graphics). Les données audio sont des formes d'onde mono ou stéréo codées sur 8 bits et ne sont pas compressées (sauf dans une autre version du format, AIFF-C). Voir aussi : Formats audio.

* AIX = Sigle de Advanced interactive eXecutive (système d'exécution interactive avancé). Il s'agit de la version du système d'exploitation Unix développée par IBM et publiée en 1986. IBM lui dédie sa gamme de machines conçues autour du processeur PowerPC et c'est donc une version d'Unix éprouvée pour ce processeur. Sortie en 2001, la version 5L d'AIX est compatible avec Linux.

* Alerte = Ce mot garde ainsi tout son sens premier dans le contexte informatique : des mécanismes d'alerte sont mis en oeuvre pour que l'administrateur du système ou du réseau soit automatiquement prévenu d'un incident ou d'une intrusion. La gestion des alertes est une des sous-disciplines de l' administration de réseau. On rencontre également le synonyme " alarme " pour " alerte ", mais ce sont surtout les anglophones qui utilisent l'équivalent alarm.

* Algorithme = Le terme algorithme provient de la traduction en latin du nom de l'astronome et mathématicien ouzbek du IXe siècle Mohammed Al-Khwarizmi. Pour mériter le qualificatif d'algorithme, la suite d'instructions doit être dépourvue de toute ambiguïté et avoir une fin explicite, qui correspond à la résolution du problème posé. Ainsi, une simple recette de cuisine est un texte de type algorithmique. L'algorithmique est donc éminemment adapté au traitement automatisé par un ordinateur et, de façon naturelle, l'informatique se fonde sur cette discipline. Si un algorithme peut être rédigé dans n'importe quel langage , que ce soit une langue naturelle comme le français ou un langage de programmation comme le C, le mot est le plus souvent employé pour désigner génériquement l'enchaînement logique de tâches précises à prévoir, indépendamment de sa mise en oeuvre spécifique dans le langage de programmation choisi.

* Algorithme de compression = Le terme algorithme provient de la traduction en latin du nom de l'astronome et mathématicien ouzbek du IXe siècle Mohammed Al-Khwarizmi. Pour mériter le qualificatif d'algorithme, la suite d'instructions doit être dépourvue de toute ambiguïté et avoir une fin explicite, qui correspond à la résolution du problème posé. Ainsi, une simple recette de cuisine est un texte de type algorithmique. L'algorithmique est donc éminemment adapté au traitement automatisé par un ordinateur et, de façon naturelle, l'informatique se fonde sur cette discipline. Si un algorithme peut être rédigé dans n'importe quel langage , que ce soit une langue naturelle comme le français ou un langage de programmation comme le C , le mot est le plus souvent employé pour désigner génériquement l'enchaînement logique de tâches précises à prévoir, indépendamment de sa mise en oeuvre spécifique dans le langage de programmation choisi. Désignations équivalentes : Algorithme - Algorithme de compression

* Alias = Adverbe latin signifiant " autrement ", ce mot n'était utilisé en France jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle que, comme adverbe, entre deux noms (" Vernon Sullivan, alias Boris Vian "). Sous l'influence de l'anglais (où il existe comme substantif), il est désormais utilisé comme nom dans le champ informatique et peut désigner une commande ayant la même valeur qu'une autre (une abréviation, par exemple), une adresse de messagerie ne correspondant pas à une boîte aux lettres mais synonyme d'une autre " vraie " adresse, etc. Apple a également choisi ce terme pour désigner les fichiers qui ne contiennent pas de données mais simplement un pointeur vers le " vrai " fichier qu'ils représentent.

* Alimentation = Un ordinateur comporte un bloc d'alimentation électrique qui transforme le courant alternatif à 220 V du secteur en courant continu de différentes tensions selon les modules à alimenter (généralement 12 V pour les entraînements des disques, 5 V pour les circuits électroniques). La puissance disponible est fonction de la taille du bloc d'alimentation et se situe en général dans la plage 200-350 W. Lors de l'ajout de périphériques internes, qui doivent être alimentés par l'alimentation de l'ordinateur, il n'est pas inutile de vérifier la puissance consommée par le nouveau périphérique et d'apprécier la puissance exigée par l'ordinateur dans sa configuration initiale pour s'assurer que l'alimentation du nouveau périphérique ne posera pas de problème. Toutefois, au regard de la consommation assez faible des circuits électroniques et même des moteurs et ventilateurs en général, la puissance des modules d'alimentation est dans l'ensemble suffisamment surdimensionnée. On parle d'" alimentation redondante " lorsqu'une machine comporte plusieurs modules d'alimentation qui peuvent se suppléer l'un l'autre en cas de panne. Désignations équivalentes: Alimentation - Alimentation redondante

* Alimentation de secours = L'alimentation de secours, ou onduleur, est un appareil placé entre le secteur électrique et les équipements informatiques que l'on souhaite protéger contre les coupures et les sautes de courant. Selon sa capacité, l'alimentation autonome peut être maintenue pendant quelques minutes - le temps d'enregistrer tous les fichiers ouverts - ou plusieurs heures. Le terme onduleur fait référence au fait que cet appareil contient une batterie emmagasinant du courant continu et que, lorsqu'il doit suppléer le secteur défaillant, il lui faut faire " onduler " le courant pour le transformer en courant alternatif pour les équipements informatiques concernés. Trois types d'onduleurs existent et diffèrent dans leur mode de fonctionnement. Les plus chers fonctionnent en mode dit on line (en circuit) : l'onduleur participe à la chaîne d'alimentation électrique en permanence, il fonctionne en continu et, lorsque le secteur est défaillant, les équipements protégés restent alimentés sans la moindre micro-coupure. Les onduleurs de prix plus abordables fonctionnent en mode dit off line (hors circuit) : l'appareil n'entre en action que lorsqu'une coupure du secteur est détectée. Cela occasionne une micro-coupure d'alimentation, mais les modules d'alimentation des équipements protégés sont en général capables de l'absorber. Le troisième type d'onduleurs, dit line interactive, se situe entre les deux premiers : l'onduleur est hors circuit en fonctionnement normal, mais des circuits électroniques spéciaux amortissent très largement la micro-coupure lors de son entrée en service. Les onduleurs existent en différentes puissances électriques et, avant d'en acquérir un, il faut calculer la puissance cumulée exigée par les équipements à protéger. En général, la puissance des onduleurs est exprimée en volts-ampères (VA), c'est la puissance apparente, et la puissance exigée par un équipement est exprimée en watts (W), c'est la puissance active. Il faut additionner les puissances actives des équipements, puis diviser le résultat par 0,7 pour obtenir la puissance apparente en VA nécessaire à l'installation. Désignations équivalentes : Onduleur - UPS - Alimentation de secours.

* Alimentation redondante = Un ordinateur comporte un bloc d'alimentation électrique qui transforme le courant alternatif à 220 V du secteur en courant continu de différentes tensions selon les modules à alimenter (généralement 12 V pour les entraînements des disques, 5 V pour les circuits électroniques). La puissance disponible est fonction de la taille du bloc d'alimentation et se situe en général dans la plage 200-350 W. Lors de l'ajout de périphériques internes, qui doivent être alimentés par l'alimentation de l'ordinateur, il n'est pas inutile de vérifier la puissance consommée par le nouveau périphérique et d'apprécier la puissance exigée par l'ordinateur dans sa configuration initiale pour s'assurer que l'alimentation du nouveau périphérique ne posera pas de problème. Toutefois, au regard de la consommation assez faible des circuits électroniques et même des moteurs et ventilateurs en général, la puissance des modules d'alimentation est dans l'ensemble suffisamment surdimensionnée. On parle d'" alimentation redondante " lorsqu'une machine comporte plusieurs modules d'alimentation qui peuvent se suppléer l'un l'autre en cas de panne. Désignations équivalentes : Alimentation - Alimentation redondante

* AMD = AMD a été fondée en 1969 en Californie par 8 anciens collaborateurs de Fairchild Semiconductor menés par Jerry Sanders. Spécialisée d'emblée dans l'optimisation et la production de circuits en " seconde source ", AMD a fini par casser en 1991 le monopole d'Intel sur les microprocesseurs équipant les ordinateurs de type PC en sortant son microprocesseur AM386. Ont suivi les AM486, AMD-K5, AMD-K6 et, dernièrement, l'Athlon. En l'an 2000, AMD a réalisé 4,6 milliards de dollars de chiffre d'affaires (pour près d'un milliard de dollars de bénéfice net) et compte près de 15 000 collaborateurs. Désignations équivalentes : AMD - Advanced Micro Devices. Amorçage Bootable, en anglais. Se dit d'un CD contenant un système d'exploitation (par exemple Windows) et qu'un micro peut utiliser au moment de l'allumage pour s'initialiser. Amorçage Bootable, en anglais. Se dit d'un CD contenant un système d'exploitation (par exemple Windows) et qu'un micro peut utiliser au moment de l'allumage pour s'initialiser.

* AMP = Un ordinateur multiprocesseur est un ordinateur disposant de plusieurs processeurs (de deux à... plusieurs centaines dans les architectures dites " massivement parallèles ") dans le but d'exécuter plus rapidement un plus grand nombre de processus (ou programmes). Toutefois, il est délicat de répartir avec efficacité les tâches à exécuter entre plusieurs processeurs, et diverses architectures et techniques sont disponibles, qui présentent chacune leurs avantages. Dans un premier type d'architecture, chaque processeur dispose de sa propre mémoire vive et de son système d'exploitation , et communique avec les autres processeurs par une liaison très rapide. C'est notamment le cas de l'architecture des ordinateurs à traitement massivement parallèle (MPP). Ces derniers peuvent contenir plusieurs centaines de processeurs. Ces machines très puissantes, et d'un coût très élevé, conviennent aux applications gourmandes en temps de calcul et pouvant être aisément divisées en tâches modulaires. Dans un deuxième type d'architecture, la mémoire vive est partagée par tous les processeurs. Sur les systèmes ASMP (ou AMP, multiprocesseur asymétrique), utilisés dans les années 70, les processeurs étaient spécialisés dans des emplois particuliers, l'un étant désigné comme chef d'orchestre permanent du système, et les autres pouvant être adaptés à des tâches données. Aujourd'hui, la technologie la plus utilisée sur les ordinateurs multiprocesseurs est SMP (multiprocesseur symétrique) : aucun processeur n'a de rôle particulier désigné ; l'un d'eux charge le système d'exploitation au démarrage de l'ordinateur, puis utilise selon les besoins le ou les autres processeurs. Ces derniers ont accès à l'intégralité de la mémoire et peuvent exécuter n'importe quel type d'application. Désignations équivalentes : Multiprocesseur - SMP - AMP - Massivement parallèle.

* Analogique = Un phénomène naturel ou artificiel peut être représenté ou quantifié de façon continue - on le qualifiera d'analogique - ou de façon discontinue, par découpage d'échantillons dudit phénomène - on le qualifiera de numérique. Ainsi, dans un thermomètre numérique (sans affichage des décimales), la quantification de la température est discontinue (on dit aussi " discrète ") : nous ne sommes informés d'un changement de température que lorsque celle-ci monte ou baisse d'un degré Celsius. En revanche, dans un thermomètre analogique, à mercure par exemple, l'indication de température est continue : entre deux degrés donnés, la colonne de mercure passe par une quasi-infinité de hauteurs qui représentent, par analogie, les changements infinitésimaux et réels de la température du milieu mesuré. " Analogique " peut également qualifier un phénomène que l'on crée (et non que l'on mesure ou que l'on représente). Ainsi, un enregistrement musical peut se faire de façon analogique : un stylet creuse dans une galette de cire des sillons dont les zigzags reproduisent analogiquement les vibrations des sons ; ou bien une tête d'écriture polarise les particules d'une bande magnétique en suivant de façon continue ces mêmes vibrations. Le numérique est une technique plus moderne de quantification et de création de phénomènes qui joue sur l'échantillonnage, c'est-à-dire l'économie de moyens (on ne représente ou on ne crée que la proportion suffisante du phénomène pour qu'il soit perçu par les sens humains comme " réaliste "). Voir aussi : Acquisition. Analyse de contenus A côté de la détection des virus et du blocage des mailings sauvages (spam), l'analyse de contenu est la troisième grande fonction complémentaire assurée par les relais de messagerie électronique pour traiter les messages avant qu'ils ne soient distribués à leurs destinataires. En analyse de contenus, on vise à rejeter ou à signaler des messages contenant certains mots " sensibles ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discusvinz36400.blogspot.com/
espowsophie
Nouveau membre
Nouveau membre


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: A   Mar 21 Aoû - 11:05

merci de votre infos très utilisé pour moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A   Aujourd'hui à 23:33

Revenir en haut Aller en bas
 
A
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOGISPEED :: Ressources :: Glossaire-
Sauter vers: